Histoire du Musée

Portrait du Prince Albert Ier par Ignace Spiridon

A l’issue de la longue campagne de fouilles aux grottes de Grimaldi (1895 – 1902), ordonnée et financée par le Prince Albert Ier, il s’avère nécessaire et indispensable de pouvoir conserver en un lieu unique l’ensemble du matériel récolté aux fins de préservation et de présentation « … afin de conserver les vestiges d’humanités primitives exhumés du sol de la Principauté et des régions avoisinantes … ».

Le choix du Prince Albert 1er se porte, en 1902, sur l’ancien Hôtel du Gouvernement. Le premier directeur du Musée à être nommé est le chanoine Léonce de Villeneuve.
Le premier musée d’Anthropologie était donc situé sur le Rocher. Les collections présentées proviennent pour l’essentiel des fouilles des grottes de Grimaldi et sont exposées dans une salle au premier étage. L’ensemble est étudié et classé par d’éminents spécialistes. Marcellin Boule, Professeur de Paléontologie au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, détermine les restes osseux, Emile Cartailhac et Léonce de Villeneuve replacent l’industrie lithique dans son contexte stratigraphique. Enfin, R. Verneau aidé de F. Lorenzi examinent les sépultures de la grotte des Enfants.

Ancien Musée d’Anthropologie, 1902 (Rocher de Monaco)

Au rez-de-chaussée, dans une petite salle sont exposées les antiquités gallo-romaines trouvées à Monaco et dans la région. Quelques années plus tard, deux autres petites salles sont aménagées afin de mettre en valeur la remarquable collection de la grotte de l’Observatoire (fouilles 1916-1920, Monaco) et la série ethnologique de la nécropole préhispanique de Calama au Chili (don du Comte Sénéchal de Lagrange).

ancien musée (1)

Salle de l’ancien Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco

Le Musée actuellement

En 1960, un nouveau bâtiment accueille le Musée d’Anthropologie préhistorique au coeur du Jardin Exotique. Les recherches scientifiques et les fouilles archéologiques conduites par les équipes successives du Musée (L.Barral, S.Simone) enrichiront encore les fonds de l’Institution.